Accès membre
TOUTE L'INFORMATION SUR L'ÉCONOMIE AFRICAINE

Devenez membre et accédez gratuitement aux contenus et services de MarchesAfricains.fr

  • PFAIA2017

Communiqués


THE AFRICA OIL & GAS LOCAL CONTENT CONFERENCE & EXHIBITION
Angola to host 18 Petroleum Producing African countries at the launch edition of the Africa Oil & Gas Local Content Conference & Exhibition...Lire la suite

SIM SENEGAL 2016 | 8-10 NOVEMBRE 2016, DAKAR, RÉPUBLIQUE DU SÉNÉGAL
Le 4eme Salon International des Mines du Sénégal aura pour thème "Le secteur minier: Le moteur pour la croissance et le Développement"....Lire la suite

8ÈME CONFÉRENCE ET EXPOSITION SUR LE PARTENARIAT PUBLIC-PRIVÉ AFRICAIN (APPP)
La 8ème Conférence et Exposition sur le Partenariat Public-Privé Africain (APPP) sera de nouveau tenue à Londres en raison de la demande populaire et ...Lire la suite

THE MOZAMBIQUE MINING, OIL AND GAS AND ENERGY 2016 EVENT GAINS MOMENTUM
Interest in the fifth bi-annual international strategic conference on Mozambique Mining, Oil & Gas, and Energy sector (MMEC) is growing at a rapid rat...Lire la suite


MarchesAfricains.fr sur les réseaux



Nos Partenaires


pub

  • Africable
  • IntelligentAbidjan
  • www.africa1.com
  • SIAO  
  •  
  •  
  •   
  •  

Hors série n°50 - Spécial Congo

A la Une

Le Congo en crise sauvé par la Chine ?

Éditorial

Venu décliner au Parlement le programme d’action de son gouvernement le 3 juin dernier, le Premier ministre Clément Mouamba aurait pu tout aussi bien paraphraser son homologue français François Fillon déclarant en 2007 se trouver « à la tête d’un État qui est en situation de faillite sur le plan financier ». Le chômage des jeunes a explosé. Les recettes budgétaires du pays ont fondu comme neige au soleil. Les indicateurs macro-économiques sont passés au rouge, à l’exemple de la dette publique qui, en mars dernier, s’élevait à 2 785 milliards de FCFA, dont 350 milliards pour la dette intérieure. En outre, en 2015, les revenus pétroliers du pays ont connu une chute vertigineuse de 65 %, tout comme les recettes publiques totales, qui enregistrent une baisse d’environ 43 % par rapport à 2014.
« La dette extérieure représente près de 50 % du PIB, contre 20 % il y a cinq ans », regrette le Premier ministre. Une situation de crise qui conduit beaucoup à penser tout bas ce que d’autres condamnent tout haut : pourquoi avoir distribué aveuglément et sans retenue des crédits tous azimuts à d’autres États africains : 100 milliards de FCFA à la Côte d’Ivoire, 50 milliards au Niger, 50 milliards à la Guinée Conakry, 25 milliards à la Centrafrique et 50 autres à la BDEAC ? Des montagnes d’argent qui auraient été fort utiles cette année au budget du Congo, ramené à 2 121,5 milliards de FCFA, contre 2 333 milliards de FCFA dans la loi initiale, soit une baisse de 211,5 milliards de FCFA (environ 9 %).

fldr Tous les numéros

Derniers numéros

Hors série n°49 - Spécial Burkina FasoHors série n°48 - Spécial MaliHors série n°47 - Spécial Côte d'IvoireHors série n°46 - Spécial GabonHors série n°45 - Spécial Burkina Faso

plus Recherche avancée

Rechercher un article

Vous souhaitez retrouver un article dans nos archives ? Entrez l'expression recherchée ici :

Dossiers thématiques

Retrouvez ici une sélection de dossiers thématiques choisis par notre rédaction.

Bois

Banques

Agriculture

Énergie

Culture

MarchesAfricains.fr

toute l'information sur l'économie africaine

logoAA Un revue éditée par



Redaction
Editeur